La voix du pain

Lorsque qu’elle parle de pain, la voix d’Alexandra s’intensifie et ses gestes se font plus amples. Le pain, c’est une passion qu’elle entretient depuis bientôt quatre ans, son blog Passion du pain en témoignera. En n’étant liée à aucun meunier en particulier, elle veut pouvoir parler librement des artisans et des produits qu’elle aime.

J’ai rencontré Alexandra Muller une première fois lors d’une visite guidée de deux boulangeries dans l’Est parisien, organisée par Paris ZigZag. Ce jour-là, sa voix ne porte pas loin et le groupe s’agite un peu. Sur un ton de discussion, elle nous déroule tranquillement l’histoire du pain, sa fabrication, ses spécificités selon les régions, les techniques, et n’oublie pas de répondre aux questions avec précision. Elle n’a pas eu besoin de forcer le volume, c’est par le contenu qu’elle nous a accrochés. Pourquoi faut-il éviter de manger le pain lorsqu’il sort tout chaud du four ? C’est quoi exactement la baguette tradition ? Bio ou pas bio ça change quoi ? Y a quoi dans le pain que tu viens de goûter, là ? Par rapport à l’autre, celui d’avant ? Les questions démarrent timidement, et finissent par fuser de toutes parts. Avec les mots qui lui appartiennent, elle nous raconte des moments de kiff à nous, comme écouter la croûte du pain qui craque, sentir longuement la mie, arracher à la main plutôt que de couper au couteau pour sentir la résistance de la texture.
Sur le trajet entre deux boulangeries, elle continue ses histoires, on est de petits enfants qui suivent le joueur de flûte. En présence des boulangers, Alexandra s’efface pour laisser parler les artisans, complète lorsqu’elle le juge nécessaire, anime les discussions sans s’imposer. J’aime cette approche de l’animation : asseoir ta présence sans que tout ne tourne autour de toi.

Plus tard, dans un autre quartier de Paris, autour d’un café, elle me raconte son parcours, ses nombreux diplômes, sa vie passée et surtout son changement radical pour se plonger dans l’univers du pain. Comme de nombreux trentenaires (ou environnant), elle parle de trouver une vie plus saine et plus simple, « sans quête de perfection ». CAP boulangerie en poche, elle s’est sentie plus armée, peut-être plus légitime pour se faire sa place dans un milieu très masculin. Un de ses challenges personnels : porter des sacs de farine qui faisaient presque la moitié de son poids (Alexandra est de la catégorie plumeplume), et fermer le clapet de ceux qui attendaient de la voir galérer.
Basée à Bordeaux, elle voyage beaucoup, d’abord par envie, pour le travail, mais aussi pour découvrir de nouvelles boulangeries. Elle n’utilise que très peu internet pour trouver ses adresses. Elle se promène, fait confiance au hasard, se fie à son instinct pour dénicher le pain qui la fera craquer et la matière pour alimenter ses blogs. En attendant qu’elle propose des ateliers de dégustation de pain ou d’autres visites de boulangerie, beaucoup trop rares à mon goût, tu peux t’abonner à sa newsletter et/ou voir son site pour faire du repérage de chouettes boulangeries pour tes prochaines vacances.

http://passiondupain.com/
http://alexandramuller.fr